Designart

Design d'espace

Dimanche 2 septembre 2012 à 21:23

(BRUNCE MUNRO)

L’artiste britannique Brunce Munro, nous offre la possibilité de découvrir de nouvelles installations lumineuses. Après le Musée d’Holburne, il s’installe dans un immense jardin, le Longwood Garden en Pennsylvanie, connu pour abriter une multitude d’expositions.

 

Toujours avec beaucoup de poésie et de couleurs, il propose une déambulation à travers le parc tout en contemplant ses aménagements luminescents qu’ils soient à terre ou dans le ciel.

Installations lumineuses Brunce Munro Installations lumineuses par Brunce Munro

Installations lumineuses Brunce Munro 2 Installations lumineuses par Brunce Munro

Dimanche 2 septembre 2012 à 21:19

(Cornelia Konrads)

Né en 1957 à Wuppertal / Allemagne.
Mouvement LAND ART
Études.

Philosophie des sciences et de la culture.
Pigiste depuis 1998
Concentrez-vous sur le site des installations spécifiques et les objets
.
Ouvrages permanents et temporaires pour les espaces publics, les parcs et les jardins privés sculpture.

Participation à divers projets artistiques sculpture et Land en Allemagne, Pays-Bas, France, Belgique, Suède, Italie, Etats-Unis, Taiwan, la Corée du Sud et en Australie.

 

Land Art Cornelia Konrads Best of de lété Land Art par Cornelia Konrads

Nature morte
moment de la décision

Dimanche 2 septembre 2012 à 21:15

(Décoration des rues à Agueda - Portugal)


Les habitants et les touristes de passage dans la petite ville portugaise d’Agueda ont eu la charmante surprise de voir apparaître une multitude de parapluies colorés suspendus dans certaines rues. Comme une armée flottante, les parapluies offrent de l’ombre aux passants mais surtout donnent une teinte agréable à toute la rue et une bonne raison de flâner la tête en l’air.
Photos: Patricia Almeida.

Installation parapluie colorés Installation de parapluie colorés

Installation parapluie colorés 2 Installation de parapluie colorés

Dimanche 2 septembre 2012 à 21:10

(ARATA ISOZAKI)


 
Arata Isozaki est un architecte japonais de stature internationale. Il remporta la médaille d'or du Royal Institute of British Architects en 1986.

Arata Isozaki est né en 1931 à Ōita, une ville au sud du Japon. Il était l'aîné de quatre enfants. Son père était entrepreneur de transport. En 1953 Isozaki commence ses études d'architecture à l'Université de Tōkyō et fréquente les cours de Kenzo Tange. Il termine ses études en 1961 et poursuit sa formation jusqu'en 1963 dans l'agence de Kenzo Tange. Puis il ouvre sa propre agence d'architecture à Tōkyō. En 1964 il devient enseignant à la faculté d'ingénierie de l'Université de Tōkyō. Depuis il a tenu de nombreuses conférences dans des universités de renom dont Harvard, Yale ou UCLA. Il s'est marié trois fois et a deux fils de sa première femme. Il a reçu en 1990 le prix de l'architecture de Chicago.


Salle de concert de Kyoto

À ses débuts Isozaki fut une figure du Métabolisme, puis il s'intéressa à la géométrie, essence du design japonais. Plus tard encore il se découvrit comme modèle Claude-Nicolas Ledoux et Karl Friedrich Schinkel. Ses compositions d'une grande pureté géométrique comme le club house du golf d'Ōita et le musée d'Art de Gunma suivent un style maniériste postmoderne. Sa relation avec sa troisième épouse, artiste peintre inspirée des grands noms de l'Art moderne comme Hans Richter, Man Ray ou Friedrich Kiesler, va aussi beaucoup l'influencer, tout comme ses discussions très tôt établies avec les néodadaïstes tokyoites. Son vocabulaire formel fait des emprunts aussi bien au Postmodernisme qu'au Wiener Secession, qu'il retravaille pour élaborer son propre style. Son art de disposer des formes géométriques simples et d'y faire jouer l'ombre et la lumière est remarquable. Il faut voir dans les projets actuels d'Isozaki le résultat de la synthèse de quarante ans de création : depuis les œuvres pittoresques japonaises à l'influence occidentale.

En Allemagne, on peut admirer de lui le bâtiment de la Berliner Volksbank sur la Potsdamer Platz à Berlin. Arata Isozaki a conçu le tombeau du compositeur Luigi Nono dans le cimetière de l'île de San Michele à Venise.


Tour de l'art - Milto

Dimanche 2 septembre 2012 à 21:05

(RICHARD ROGERS) 



Sir Richard George Rogers (né le 23 juillet 1933 à Florence, en Italie), baron Rogers of Riverside, est un architecte britannique, lauréat en 2007 du prix Pritzker.

Né le 23 juillet 1933 et célèbre pour son modernisme et des conceptions fonctionnalistes, il a suivi l'enseignement de l’Architectural Association School à Londres, avant d'achever ses études à l'Université Yale en 1962. À Yale, il rencontre Norman Foster, et de retour en Angleterre, ils fondent l'agence d'architecture Team 4 (« équipe 4 ») avec leurs épouses respectives Su Rogers et Wendy Cheesman. Ils gagnent alors rapidement une réputation de conception architecturale industrielle « de haute technologie ».

En 1971, Richard Rogers et Renzo Piano gagnent le concours pour le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou de Paris. Cette construction a établi le style caractéristique de Rogers dans lequel la plupart des réseaux techniques du bâtiment (l'eau, conduits de chauffage, escaliers, ascenseurs) sont rejetés sur la périphérie pour laisser des espaces internes non encombrés, avec des poutres d'une seule portée fabriquées en Allemagne. Ces « plateaux » sont ainsi totalement libres.


Centre Georges Pompidou avec Renzo Piano

Le Royal Institute of British Architects lui décerne sa médaille d'or en 1985. La reine Élisabeth II du Royaume-Uni l'annoblit en 1991 et, en 1996, il est créé baron Rogers of Riverside et siège à la chambre des Lords. En 2000, l'association artistique japonaise lui décerne le Praemium Imperiale. En 2006, la dixième Mostra Internazionale di Architettura de la Biennale de Venise lui consacre son Lion d'or pour l'ensemble de son œuvre, la même année, il reçoit également le prix Stirling pour la réalisation de l'aéroport de Madrid-Barajas. En 2007, il reçoit la plus haute distinction pour un architecte, le prix Pritzker.

Actuellement Richard Rogers dirige et supervise les projets de son agence mais il n'est plus directement impliqué.


Llyod's Buildings - Londres

Influences

  • Les professeurs dont Rogers a suivi les cours à l'Université Yale constituent une influence directe sur son travail et sur l'élaboration de son style personnel. Paul Rudolph, en ce qu'il était un architecte phare du modernisme américain, poussa Rogers (aux côtés de Norman Foster) à repenser un modernisme alors fortement critiqué pour se diriger vers le mouvement high-tech. C'est James Stirling, lui aussi professeur, qui incarna auprès des architectes de la génération de Rogers cette remise en question des principes théoriques du modernisme. Serge Chermayeff, lui tout empreint de l'architecture Est-européenne et de constructivisme russe transmit à Rogers l'aspect éternellement fonctionnaliste de ses constructions.
  • Au-delà de l'enseignement reçu, des références architecturales diverses suivies par Rogers lui ont permis d'enrichir ses modes de pensées et méthodes de travail. Frank Lloyd Wright et Ludwig Mies van der Rohe, tous deux fondateurs de l'architecture moderne, ont légué à Rogers sa vision "naturelle" et sa comparaison du bâtiment à l'organisme vivant pour le premier ; son goût pour l'urbanisme et pour le style international pour le second. Louis Kahn représente davantage le côté social du travail de Rogers (Palais de Justice de Bordeaux, cour européenne des Droits de l'Homme, logements de haute qualité environnementale d'Oxley Park...).
  •  

Aeroport de Madrid


Principes de référence

On compte trois grands principes qui tiennent lieu de références à Rogers :

  • l'architecture moderne : comme dit précédemment, elle constitue une réelle base au sein de l'architecture développée par Rogers ;
  • le style international : issu d'un mouvement moderne influencé par les architectes du Bauhaus arrivés aux États-Unis dans leur fuite du nazisme, il prône une rupture totale avec les traditions (aucun aspect décoratif, surfaces lisses, alliance industrielle verre/béton)
  • le mouvement high-tech et le fonctionnalisme : réponse à un certain "historicisme" du mouvement postmoderniste, Rogers incarne un des pionniers de ce mouvement. Les éléments fonctionnels et structurels sont mis en valeur, ainsi "la forme suit la fonction". Selon Rogers, la beauté est "inhérente à une structure bien pensée"

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast